Blog

Sur quel réseau social devez-vous communiquer ?

Comme chaque année, j’aime revenir sur les 12 mois qui viennent de s’écouler. Ce qui a fonctionné, ce qui a moins fonctionné. Les réussites et les déceptions. Et cette année, ce fut chargé. Retour sur 2019.

 

Le plan initial

Il y un an jour pour jour, j’avais passé mon dimanche à planifier toutes les petites formations que je voulais sortir au fur et à mesure de l’année. Le plan était très simple : je devais sortir deux formations pat mois. Pour la promo, j’avais mon podcast 2 fois/semaine et la newsletter du dimanche. Au final, tu n’as pas vu beaucoup de podcasts ni de formations.

Alors, que s’est-il passé ?

Le mois de janvier a été un succès. Mais je n’ai eu aucune précommande pour le mois de février. Et j’ai tout simplement flippé ! A ce moment-là, des anciens clients m’ont rappelé pour me proposer des postes fixes en community managementet en communication générale. Et au lieu d’écouter mon instinct, j’ai foncé droit de le mur.

 

Vouloir se lancer en tant qu’agence

Je crie haut et fort depuis des années que je veux vivre uniquement de mon business en ligne. Que je trouve que le modèle « agence » est complètement has been. Et que surtout, il est hors de question que je me retrouve un jour à avoir des employés qui m’attendent à 09h du matin le lundi au bureau.

Alors, pourquoi ai-je fait exactement ce que je ne voulais pas faire ?

J’ai tout simplement choisi la sécurité financière. A ce moment-là, je suis encore avec la personne avec qui je pense faire ma vie. Il y a des projets de maison qui commencent à germer. Et donc, le besoin de sécurité. J’ai donc commencé à accepter une collaboration, puis deux, puis trois. Je deviens de moins en moins présente sur le web, je perds petit à petit mon audience mais surtout, l’envie de travailler le matin.

Au final, je me retrouve à avoir trop de projets. C’est logique, le but était de prendre un maximum de clients pour faire un maximum de chiffres. Je commence donc à chercher des freelances à qui déléguer une partie. Heureusement, je suis tombée sur des bons éléments. Car, je suis NULLE pour déléguer. Je le savais déjà. Mais en plus, cela m’ennuie profondément.

Je ne fais plus rien de créatif, je passe mes journées en réunion Skype avec les clients et le reste du temps, j’envoie des mails aux freelances. Résultat : je déteste mes journées, je déteste la façon de mon activité à tourné, et surtout, je me suis emprisonnée toute seule comme une grande dans un business que je n’aime pas.

 

S’ennuyer pour mieux se retrouver

Il s’est passé un truc génial cet été : je me suis ennuyée comme jamais. En mai, ma meilleure amie est partie vivre à l’étranger. En juin, je me suis séparée de mon copain.

Les activités sociales ont en pris un sérieux coup. Je me suis royalement ennuyée mais l’ennui est idéal pour retrouver sa créativité. Petit à petit, j’ai eu envie de réécrire. J’ai passé des journées à travailler sur mon nouveau site.

Il a fallu réactiver mon côté créatif, mais il est revenu. En septembre 2019, j’avais un nouveau site et je reprenais des publications un peu plus régulière.

 

Avoir L’Idée

Cela faisait déjà une bonne année que je travaillais sur le business model du membership. J’avais déjà lancé un ancien concept « Bye-Bye 9-to-5 Community » qui n’a jamais été un succès. En mai, j’ai eu l’excellente idée de regarder le lancement de Stu McLaren. C’est un peu monsieur « Membership » dans le monde du business en ligne.

Et dans une de ces vidéos, il a montré un super exemple : un groupe d’américain avait créé un site de ressources pour les pasteurs. Chaque semaine, les pasteurs y retrouvaient des idées de textes, des playlists de Gospel,… J’ai trouvé l’idée géniale. A ce moment-là, je venais de réaliser une enquête auprès de mon audience. Et la question principale était « Je ne sais pas quoi poster sur les réseaux sociaux ». J’ai relié ce besoin avec le site des pasteurs, et c’est comme cela que prêt-à-poster.com est né.

J’ai très rapidement lancé le projet. Un groupe de bêta-testeurs a testé le système en juin.

Comme j’étais stressées le premier jour des inscriptions officielles ! Je me souviens avoir dit à un de mes coworkers « Si ça, ça ne fonctionne pas, j’arrête tout ». Et bien, je ne suis pas prête d’arrêter 😉

J’ai refait un lancement en aout et un autre en novembre. Le système fonctionne et surtout, les membres ont de vrais résultats. Je n’ai jamais reçu autant de feedbacks positifs de la part d’un programme.

 

Dire au revoir au freelancing

C’est à San Diego, lors du séminaire d’Amy Porterfield, que j’ai décidé d’arrêter toutes mes collaborations avec mes clients. Je savais que c’était la bonne décision à prendre.

L’énergie du séminaire (ainsi que les conseils de ma copine de voyage Aline, qui n’est pas devenue coach pour rien) m’ont poussé à prendre les bonnes décisions. A mon retour, j’ai annoncé à mes clients que je n’étais plus disponible à partir du 1er janvier 2020. J’étais stressée, j’avais peur de leur réaction, mais tout s’est bien passé.

A partir du 1er janvier, je n’enverrais donc plus de factures mensuelles à mes clients. Je dis au revoir à plus de 60k de chiffre d’affaire. Je devrais être flippée, mais je n’ai jamais été aussi confiante.

Et pour 2020 ?

Le programme et les objectifs pour 2020 sont très simples :

  • 1000 membres dans Prêt-à-Poster à la fin d’année
  • 10.000 abonnés actifs à la newsletter

 

Ce sont les deux objectifs et données que je vais traquer tout au long de l’année. Rendez-vous en décembre prochain pour le verdict 😉

 

Je ne peux que clôturer cet article en vous remerciant pour votre fidélité.

Ou plutôt « toi », qui chaque semaine, me lis, me suis, like mes publications et réponds à mes newsletters. Si j’ai la chance de faire ce que j’aime, c’est parce que tu interagis avec mon contenu.

Rendez-vous en 2020, ça va être cool  🙂