Blog

Sur quel réseau social devez-vous communiquer ?

La marmite chauffait depuis des semaines. Et elle a bien fini par exploser ce vendredi 1er mai à 21H. Ironie du sort, c’est donc le jour de la fête du travail que j’ai décidé d’écrire sur la chose qui m’irrite le plus dans mon activé.

Petite remise en contexte

Ce vendredi 1er mai, je n’ai pas regardé mes e-mails. Pas parce que c’était férié. Par parce que je ne travaillais pas. Mais ce jour-là, j’avais décidé d’avancer sur des projets de fond et sur l’évolution de mes formations en ligne.

Développer des concepts et des programmes, cela ne se fait pas en 30 secondes. Cela prend plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois. Et les journées où je dois faire appel à ma créativité, je ne peux pas être secrétaire et répondre dans la seconde aux messages que je reçois. Ces jours-là, je ne sors pas de chez moi et je ne regarde pas l’heure. Je ne prends aucun appel et je regarde très peu mes réseaux sociaux. J’étale des feuilles, des post-its, des idées, par terre et je tente de créer le contenu le plus utile possible. Je fais quelques pauses au soleil pour recharger les batteries si possible, et je m’y remets rapidement. Et c’est comme cela que je peux inventer des chouettes concepts comme mon membership Prêt-à-Poster.

Et donc ce vendredi, je n’ai pas vu un e-mail reçu au matin. Ce qui m’a fait exploser : recevoir un MP sur Instagram à 21h me disant que je n’avais pas répondu. La personne m’a très gentiment indiqué qu’à l’inverse de moi, elle était une vraie entrepreneure, qu’elle travaillait 7/7, même les jours fériés. Ce n’est pas normal si je n’ai pas répondu tout de suite et visiblement, j’avais des choses à apprendre sur l’entreprenariat…

Cela peut faire rire. C’est tellement peu important. Mais il faut bien comprendre que je reçois chaque jour des messages me disant comment je devrais travailler et gérer mon activité.

Et il est temps que cela cesse.

 

Petit point utile sur la productivité

Il semblerait que « répondre vite aux emails » et même, directement dans la seconde, soit pour certaines personnes une preuve de productivité.

Permettez-moi de rire.

N’importe qui s’intéresse un petit peu à l’entreprenariat pourra vous le dire : répondre rapidement aux e-mails et messages est loin d’être la priorité numéro 1 pour une personne qui développe son entreprise. Je ne suis pas en train de dire qu’on s’en fout des messages. Mais il est impossible d’y consacrer plusieurs heures par jour quand notre plus-value est ailleurs.

Je ne peux pas en vouloir à ceux qui ne le comprennent pas. De nombreux salariés sont obligés d’avoir leur boite mail constamment ouverte. Et si on ne répond pas directement, cela veut dire qu’on ne travaille pas. Je me souviens que, quand j’étais employée, j’avais deux écrans. L’un deux servait uniquement à afficher ma boite mail. J’ai toujours trouvé cela absurde. Et après avoir bouffé tous les livres qui parlaient de productivité et d’entreprenariat ces dernières années, je peux vous assurer qu’aucun ne conseille d’avoir ses mails constamment ouvert et d’y répondre le plus vite possible.

Il y a également les apeurés qui pensent que les emails se perdent encore en 2020. Du coup, ils se sentent obligés d’envoyer un SMS pour dire qu’ils ont envoyés un e-mail. Et ils vont envoyer un MP pour dire qu’ils ont envoyé un SMS. Je ne vous ment pas, cela arrive tout le temps. Cela peut sembler naïf et presque mignon, mais à la longue, cela devient profondément agaçant. Lire et envoyer ce type de rappel nous fait perdre du temps à tous.

J’ai déjà également tenté d’expliquer que les e-mails restaient le seul moyen professionnel de contacter quelqu’un. Ici, encore, cette simple notion semble compliquée. Je ne compte plus le nombre de messages que je reçois de clients qui me contactent via MP sur Instagram. Pourquoi préférez-nous les e-mails ? C’est tout simplement l’outil privilégié des professionnels. Impossible de classer ses MP par exemple. Ou de le forwarder à plusieurs membres de son équipe.

J’ai reçu quelques témoignages dont celui-ci, d’une décoratrice d’intérieur, qui illustre très bien ces propos. Personnellement, je me demande parfois dans quelle langue il faut parler 😉

 

Jusqu’ici, rien de grave cependant. Mais la situation se complique….

 

Pourquoi je suis énervée ?

Cela fait plusieurs semaines que je remarque un manque de politesse choquant sur les réseaux sociaux.
Entre les « Je veux des conseils gratuits » sans un bonjour et ceux qui s’indignent qu’on ne réponde pas dans la minute, je me demande sérieusement où certains ont été éduqués.

Il y a également les personnes qui se disent surbookées, mais qui ont le temps de vous envoyer 5x le même message sur des plateformes différentes. A ma connaissance, je ne suis pas chirurgien cardiaque. Si je ne réponds pas à quelqu’un dans la minute, personne ne risque de mourir sur une table d’opération.

Et toutes les professions sont touchées. Une fleuriste m’a partagé ce message. Au risque de vous décevoir, personne n’a 4 mains. Une fleuriste ne peut donc pas créer ses compositions et bouquets la journée ET répondre immédiatement à vos mails. Le fait que cela arrive en pleine crise, alors qu’un virus nous fait comprendre que nous devons ralentir, me rend encore plus dingue.

 

Il y a également les bêtes questions. Apparemment, il est nécessaire de passer par moi pour savoir combien coute un site Wix. Alors j’ai un immense secret à dévoiler : il y a un site qui s’appelle Google. Vous notez votre question, et il vous donne la réponse. Et formidable, il répond tout de suite lui ! Plus sérieusement, apprenez à chercher par vous-même. Être entrepreneur, c’est chercher constamment des solutions aux problèmes qui arrivent. Je réponds avec plaisir aux vrais questions où je peux apporter de la plus-value. Mais si vous n’êtes pas capable de chercher des choses basiques un peu par vous-même sur le web, être entrepreneur n’est peut-être par pour vous.

L’épisode de vendredi soir m’a encore plus énervé (et même touché) car le message venait d’une (ancienne) membre de Prêt-à-Poster, mon membership. Et quand je vois le contenu que je crée dans ce programme et le temps que j’y passe, je suis choquée de voir qu’une membre me parle comme cela. Honnêtement, cela me donne envie d’adopter la même position que certaines consœurs. A savoir, sur-facturer des heures de consultance et nier totalement les messages (même des clients). Et ces dernière semaines, je me demande réellement si je dois continuer ce programme à petit prix ou pas.

De plus, j’avais déjà indiqué à cette personne que je ne pouvais pas répondre dans la seconde (ce n’est pas la première fois qu’elle me faisait le coup). Le plus drôle : elle m’avait par contre déjà demandé de donner un workshop gratuit dans son groupe de MLM. Oui parce qu’en plus d’être dispo H24, je dois travailler gratuitement 😉

 

Les réseaux sociaux : le royaume des cons

Les réseaux sociaux sont un outil exceptionnel. Grâce à eux, je peux rester facilement en contact avec mes amis qui habitent à l’étranger ou retrouver des copains d’enfance. C’est également grâce à eux que je peux développer mon audience et donc, mon activité. J’y ai également fait des rencontres exceptionnelles.

Mais les réseaux sociaux, c’est également la porte ouverte à la bêtise humaine.

Avant, il fallait avoir un certain niveau d’éducation pour publier des articles ou faire passer son message à des milliers de personnes. Le web a changé la donne. Et c’est quelque chose de fantastique. Aujourd’hui, chaque personne peut créer du contenu intéressant et le partager au plus grand nombre. Aucune difficulté technique, tout le monde peut se joindre à la fête. Et le problème, c’est qu’il y a visiblement open bar sur le jugement et la critique.

Apparemment, le fait d’être « visible » et de créer du contenu digital donne le droit à chaque personne de donner son avis.

Chaque jour, je reçois de messages de frustrés me disant comment faire. Récemment, on m’a dit que c’était bizarre car je n’utilisais pas toujours la même typo dans mes stories Instagram. Mais LOL ! On s’en fout de la typographie utilisée 😀 Autant je n’ai rien contre un vrai conseil productif, mais 90% du temps, c’est n’importe quoi.

Voici le témoignage d’une business coach qui a un blog à destination des entrepreneurs. Son public est donc, à priori, des (futurs) entrepreneurs. Et ce qui est génial, c’est que certains ont le temps d’envoyer ce genre de suggestion au lieu de bosser sur leur propre blog :

La règle du jeux sur les réseaux sociaux, c’est de partager. Alors oui, nous partageons. Mais le petit pourcentage que nous montrons semble autoriser la moindre personne à juger l’entièreté de notre vie.

Le public demande à voir les backstages de la vie des freelances et entrepreneurs. Mais quand nous partageons les moments de détente (oui, cela arrive), le retour de manivelle n’est pas très loin. J’ai halluciné en recevant le témoignage de cette jeune freelance qui cumule le début de son activité, un blog très lu, et un job de salarié.  Visiblement, il est interdit de se distraire…

Je pense également aux blogueuses et influenceuses qui ont la patience de répondre 1000x aux mêmes questions concernant la marque d’une blouse (alors que c’est indiqué bien clairement dans la publication). Il y a quelques jours, une influenceuse jeune maman, que j’apprécie beaucoup, partageait un message privé d’une personne l’insultant presque car elle n’avait pas répondu assez vite. Visiblement, connaitre la référence d’un pantalon est primordial et justifie le manque de politesse…

Être visible, c’est accepter de recevoir ce genre de message et j’en suis consciente. Il y a toujours eu des trolls sur le web et il y en aura toujours. Et en général, j’ignore tout simplement ces messages.

J’ai plus de mal par contre quand cela vient de pseudo « entreprenreur »…

 

Tu n’es pas entrepreneur parce que tu postes des citations inspirantes sur Instagram

Il y a une mode de l’entreprenariat en ce moment. Et j’espère qu’elle terminera rapidement. Personnellement, je ne suis pas lancée à mon compte car j’avais envie de partager des publications « #girlboss ». Je me suis lancée il y a plusieurs années car être salariée me rendait littéralement malade.  A l’époque, on ne parlait pas tellement d’entreprenariat. Et c’était loin d’être un truc cool à mettre en avant sur son Instagram. Et je ne sais pas pourquoi, depuis deux ans, être entrepreneur c’est devenu LE truc. Avant , pour être tendance, il fallait la bonne paire de basket. Aujourd’hui, il faut être entrepreneur. Ce mot est depuis sur-utilisé à tort et à travers.

D’ailleurs, revenons rapidement à sa définition. Un entrepreneur, c’est quelqu’un qui crée quelque chose : un produit, un nouveau service, une app,… Bref, il passe des mois sur la création de quelque chose de nouveau. Et sur les réseaux sociaux, et principalement sur Instagram, être « entrepreneur » cela ne veut plus rien dire.

Je ne compte plus le nombre de comptes « entrepreneur » de personnes qui disent avoir un business alors qu’elles brassent du vent du matin au soir. Pour faire des stories, il y a du monde. Pour envoyer des messages idiots, il y a du monde aussi. Mais pour créer de chouettes concepts ou tout simplement, dégager suffisamment d’argent pour en vivre, il n’y a plus personne. Et le plus souvent, ce sont ces personnes qui m’épuisent. Ce sont elles qui jugent/commentent/demandent n’importe quoi constamment. Et je suis fatiguée de voir ces pseudos entrepreneurs qui donnent une fausse image de l’entreprenariat. C’est même un manque de respect pour les indépendants qui se battent en ce moment pour faire survivre leur entreprise.

Passer ses journées à glander sur Instagram (c’est le mot, désolé), ce n’est pas de l’entreprenariat. Avoir l’impression d’être productif car on répond directement aux commentaires et messages, ce n’est pas de l’entreprenariat. Avoir un compte Instagram avec +1000 followers qui ne rapporte rien, ce n’est pas de l’entreprenariat. Revendre les crèmes à l’aloe vera d’un grand groupe américain, ce n’est pas de l’entreprenariat. C’est être revendeur comme n’importe quel employé d’une boutique.

Et à toutes ces personnes qui passent leur temps à scruter mon business, j’ai envie de dire : « bossez sur le votre au lieu de perdre votre temps ! »

D’ailleurs, à toute les personnes qui me demandent comment je fais pour créer du contenu chaque semaine, créer des programmes de formations et les vendre, ma réponse est toute simple : je bosse ! Et au lieu de trainer sur Instagram et de raconter ma vie, je travaille. C’est aussi simple 😉

Pour en savoir plus : Comment je gagne ma vie sur le web ? et Comment j’ai réalisé mon premier lancement à 20K ?

 

Ma part de responsabilité

Après, je suis en partie responsable de cette situation qui m’agace au plus haut point. Si je ne regardais tout simplement pas mes MP, je ne serais pas énervée. Si je mettais des règles strictes dans mes programmes, au lieu de vouloir être gentille, je n’en serais pas là.

Je me suis également beaucoup demandé pourquoi certaines personnes s’autorisaient à agir comme cela. Au final, il doit y avoir quelque chose dans ma manière de communiquer/de me présenter qui laisse croire que je n’ai peut-être que ça à faire : répondre aux messages constamment et être le call center des entrepreneurs sur Instagram.*

 

Ce que j’ai décidé de faire

Instagram m’épuise. Les messages sur les réseaux sociaux en général m’épuisent. Et le pire, c’est qu’ils n’apportent RIEN à la réussite de mon activité. La majorité des personnes qui me font perdre mon temps et ma patience ne deviendront jamais des clients. J’échange avec plaisir sur les réseaux sociaux. Mais je ne peux plus me permettre de perdre d’énergie à cause de cela. J’aimerais pouvoir ignorer ces messages et cette bêtise constante, mais je n’ arrive pas. Instagram m’apporte seulement 3% de mon trafic sur mon site. C’est ridicule par rapport à la négativité que ce réseau m’apporte.

Je ne suis pas en train de dire que les réseaux sociaux ne servent à rien. Ils sont indispensables quand on débute et peuvent réellement vous amener vos premiers clients. Mais je ne débute pas. Je crée du contenu depuis 4 ans et ce contenu m’apporte 97% de mon trafic sur mon site et donc, 97% de ma clientèle…

Alors du coup, j’ai décidé de créer mes propres solutions.

Je vais créer un mail de réponse automatique avec une F.A.Q et des réponses toutes faites. Sachant que la majorité des questions reçues sont tout le temps les mêmes, cela permettra de désengorger un maximum.

Je vais également tenter de trouver une solution pour avoir une réponse automatique sur chacun de mes réseaux sociaux avec la même F.A.Q. Et si quelqu’un a encore une question, il sera invité à m’envoyer un email. Cela fait plusieurs semaines que je me perds entre les MP sur Facebook, Instagram et les mails. Cela permettra de régler ce problème aussi.

J’avais également déjà coupé la possibilité de m’envoyer des messages sur mon Facebook privé (oui, c’est apparemment normal d’envoyer des messages sur les profils privés. Vous voulez venir vous assoir dans mon salon aussi pour qu’on discute 5 minutes ?)

Je continuerai bien sûr de poster chaque jour sur mes réseaux sociaux. C’est une vitrine incontournable. Mais je ne consulterai ces réseaux que 2 à 3 fois par semaine. Tout sera programmé à l’avance (c’est déjà le cas) mais je n’irai pas voir ce qui s’y passe.

Tout ce temps gagné me permettra de faire ce qui est vraiment important pour le développement de mon activité. Créer du meilleur contenu (comme le podcast), améliorer mes programmes et faire évoluer mes membres et élèves.

Et si on me dit encore que je ne suis pas gentille car je ne réponds pas tout de suite ? Et bien, nous ne sommes pas fait pour travailler ensemble. Je suis là pour faire évoluer les entrepreneurs qui souhaitent gagner en visibilité et développer leur business en ligne. Je ne suis pas là pour jouer à la grande sœur ou à la psy. Et si cela ne vous plait, il y a plein de personnes sur Instagram qui ont le temps de discuter de vos états d’âme toute la journée.

Je vais tout de suite répondre à une question qui risque d’arriver… « Mais Vaaaal, tu dis tout le temps qu’il faut être présent sur les réseaux sociaux ! » Oui, il le faut. Mais il ne faut pas y passer ses journées. C’est d’ailleurs cela qui m’a poussé à créer Prêt-à-Poster qui permet aux entrepreneurs de gagner du temps dans la gestion de leurs réseaux 😉

 

Pour conclure, je remercie la personne qui a fait exploser la marmite. Cela me fait prendre de bonnes décisions. Grâce à cela, je vais pouvoir avancer encore plus vite sur mes projets et créer encore plus.

Je termine cet article passé minuit. Je n’ai rien suivi de Koh Lanta, je n’ai absolument pas savouré mon repas, mais qu’est-ce que j’ai hâte d’être demain pour poster cet article et mettre en pratique ces nouvelles guidelines 😉

*Update de samedi matin : j’ai également décidé de ne faire aucune action promotionnelle durant ce mois de mai. Il y a clairement un problème de fond à travailler. Je devais retravailler certains éléments sur mon site. Cela me parait le bon moment. Je vais également fermer les nouvelles inscriptions à mon membership pendant quelques semaines afin de retravailler certaines choses. Bref, hormis le contenu hebdomadaire, je serai moins présente pendant 4 semaines et c’est très bien comme cela. Le podcast sera toujours posté, les publications seront toujours programmées, mais je vais prendre beaucoup de distance avec cela.

Rendez-vous en juin pour les nouveautés !